Henri MARTIN

1860 (Toulouse) - 1943 (Labastide-du-vert)

Aucune oeuvre disponible en ce moment.

Biographie

Henri MARTIN

Henri Jean Guillaume Martin est né le 5 août 1860 à Toulouse. Il effectue son apprentissage à l'Ecole des Beaux-Arts de sa ville natale de 1877 à 1879, dans l'atelier de Jules Garipuy. Muni d’une bourse municipale, il part en 1879 pour Paris où il devient l’élève de Jean-Paul Laurens. Le 16 août 1881 il épouse à Toulouse Marie Charlotte Barbaroux, pastelliste rencontrée aux Beaux-Arts de cette ville. De leur union naîtront quatre fils dont deux deviendront peintres de paysages et de portraits: René Jean, qui signe ses œuvres Claude René Martin et Jacques Auguste dit Jac Martin-Ferrières. Henri Martin aura lui-même comme élève et comme collaborateur le peintre Henri Doucet. En 1885, il parcourt l'Italie où il étudie les primitifs.

Ce voyage marque un tournant dans son art et oriente l’artiste vers une inspiration poétique. Sa technique s’éloigne des modèles académiques, au profit d’un divisionnisme original qui révèle l’influence des néo-impressionnistes mais d’une manière plus spontanée que théorisée : des touches courtes, séparées et parallèles y construisent les formes et la lumière, dans un chromatisme idéalisé et propice au rêve.

Lecteur de Poe, Dante, Byron, Baudelaire et de Verlaine (il souscrit aux Liturgies intimes éditées par la revue le Saint-Graal en 1892), Henri Martin expose des œuvres à thèmes symbolistes, telles que Chacun sa chimère de 1891 ou Vers l’abîme de 1897; et des paysages brumeux peuplés de figures mélancoliques et intemporelles.

Il participe, en 1892 aux salons de la Rose-Croix et honore des commandes publiques, ornant tour à tour le Capitole de Toulouse, la préfecture du Lot à Cahors, la Sorbonne en 1908, l'Hôtel de Ville de Paris, un cabinet de l'Elysée en 1908, le Conseil d'Etat en 1914-1922, la mairie du Ve arrondissement en 1935.

Henri Martin, tout en s’éloignant des thèmes symbolistes, en gardera toujours la poésie mystérieuse des attitudes, l’atmosphère secrète et diffuse des paysages et une certaine spiritualisation des formes baignées par la sérénité des figures traditionnelles, de l’allégorie. Sa nature profonde le porte vers une expression apaisée d’un monde idéalisé dans un pointillisme aux touches élargies.

Il installe son atelier à La Bastide-du-Vert dans le Lot, où il termine ses jours.

En 1896, il obtient la croix de chevalier de la Légion d'Honneur et est nommé commandeur en 1914. Le 24 novembre 1917 il est élu membre titulaire de l'Académie des Beaux-Arts, section peinture, succédant à Gabriel Ferrié.

Le Musée Henri Martin de Cahors conserve de nombreuses œuvres de ce peintre.